Imprimir

SOMMAIRE :

6 - Introduction

 

Les éléments de ce chapitre sont réunis pour démontrer que la diffusion du faux communiqué du chef Raoni élaboré par Jean-Pierre Dutilleux et Henri de Bontin et diffusé par les deux hommes dans le but de « débrancher » Planète Amazone n’est que la première partie d’un plan visant à connecter les indiens kayapo à des hommes d'affaires développant des projets dénoncés par l'Alliance des Gardiens de Mère Nature (créée à l'initiative du chef Raoni).

La présente introduction est rédigée à partir de témoignages et de documents. L’un des chefs les plus respectés d’Amazonie brésilienne, Pirakumã Yawalapiti, est mort brutalement en août 2015 après une réunion avec des officiels. Sa cérémonie funéraire, kuarup, a été du 10 au 14 août 2016, un événement culturel majeur qui a rassemblé des milliers d’indigènes. Il est l’un des fondateurs de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature que Planète Amazone est chargée de lancer à la COP21 en 2015. Sa mort étant intervenue avant la COP21, c’est le fils de Pirakumã, Kanato, qui l’a représenté auprès du chef Raoni et de Planète amazone pendant ce sommet du climat. Après la COP21, Kanato Yawalapiti a donné son accord à Planète amazone pour réunir autour du chef Raoni et après la fin des cérémonies les milliers d’indigènes qui seront venus rendre un dernier hommage à  son père pour les informer de la tenue prochaine d’une Grande Assemblée internationale qui réunira, au Brésil, des représentants indigènes du monde entier. C’est une occasion unique.

Jean-Pierre Dutilleux veut empêcher Planète Amazone de participer au kuarup. Chassé à plusieurs reprises par le chef Raoni (voir nos autres dossiers), il arrive cependant en avril 2016 à l’Institut Raoni aux côtés du réalisateur et producteur Alexandre Bouchet (Yemaya). Un témoin précise qu'ils sont venus avec des contrats et des liasses de billets en main. Le chef Raoni est mis en confiance par Bouchet, chez qui Planète amazone l’a emmené dîner deux fois pendant la COP21, car il sollicitait son aide pour obtenir une interview dans le cadre d’un prochain documentaire sur le barrage de Belo Monte. Ses liens avec Dutilleux avaient été cachés. A l'Institut Raoni est proposé au chef Raoni un reportage pour lequel sa signature est requise. En fait, Bouchet et Dutilleux viennent pour tenter de régulariser une situation délictueuse car ils ont déjà vendu un documentaire biographique sur le chef Raoni à la compagnie de production Bonne Pioche et à la télévision franco-allemande Arte sans l’avoir consulté. La fiche du film circule déjà sur internet. Jean-Pierre Dutilleux propose aussi un contrat engageant le chef Raoni pour une tournée mondiale. La condition est déjà un désaveu public officiel du chef Raoni contre Planète Amazone. Pour tenter de l’obtenir, Dutilleux lance verbalement des accusations graves à l’encontre de Planète Amazone et son président. Le chef Raoni refuse. Cependant il consent à participer au reportage et à un projet de livre. Le tournage doit avoir lieu en août 2016, dans le parc indigène du Xingu, pendant la cérémonie funéraire du chef Pirakumã.

Son fils, Kanato Yawalapiti reçoit aussi la visite de Jean-Pierre Dutilleux et Alexandre Bouchet, au village des Yawalapiti, dans le Parc Indigène du Xingu, lieu de la future cérémonie funéraire. Dutilleux accuse de nouveau Planète Amazone sur les gestions de fonds captés « pour le chef Raoni ». Mettant dans la balance la somme d’argent qu’il propose à la communauté pour le tournage de son film, dont il a caché qu’il s’agit d’un portrait filmé du chef Raoni, il demande l’exclusion de Gert-Peter Bruch et de Planète Amazone de la cérémonie funéraire du chef Pirakumã. Cela lui est refusé.

Planète Amazone, qui accompagne le chef Raoni pendant la mobilisation indigène de Brasilia quelques semaines plus tard, en mai 2016, sait donc que Dutilleux tente d’éviter à tout prix sa présence pendant la cérémonie du kuarup et que quelque chose s’y prépare. Au final, le faux communiqué du chef Raoni accélère les choses. Dès la fin juillet, le chef Raoni découvre que Jean-Pierre Dutilleux est à l’origine du faux communiqué usant de sa signature. Lorsque Dutilleux revient le voir avec Bouchet en espérant commencer à tourner il est chassé par le chef Raoni. Dutilleux ne se démonte pas et annonce aux proches du chef Raoni au moment de monter dans un petit avion en partance pour le Haut-Xingu, qu’il l’attend avec son équipe de tournage et avec des hommes d’affaire prêts à donner beaucoup d’argent au chef Raoni à la cérémonie funéraire de Pirakumã. Le tournage ne serait donc qu’une façade.

Après enquête nous pouvons confirmer la présence sur place auprès de Jean-Pierre Dutilleux de l’industriel de la cosmétique Jacques Rocher (Yves Rocher) et de ses fils, de l’homme d’affaire Robert Dardanne, constructeur de barrages hydroélectriques en Guyane Française avec Voltalia, cité dans l’enquête de la fraude à la TVA sur le CO2 qui a fait perdre 1,5 milliards d’euros au fisc et Stéphane Voisin, analyste financier, spécialiste finance durable et investissement responsable chez ENGIE (ex GDF-Suez), ambassadeur de la technologie Blockchain. Fait inédit pour une cérémonie indigène, sont également sur place plusieurs ambassadeurs, dont ceux de France, Belgique et Norvège. Tous attendent le chef Raoni. Un lien avec Jean-Pierre Dutilleux ? Difficile à dire. Toujours est-il que lorsque le chef Raoni contacte en personne les organisateurs indigènes de la cérémonie pour dire qu’il renonce de s'y rendre à la cérémonie funéraire du kuarup en raison de la présence de Dutilleux et son groupe, un vent de panique semble se lever. Quelques minutes plus tard, un proche du chef Raoni est harcelé par téléphone par une personne de l’ambassade de France qui insiste pour envoyer un avion privé pour ramener le chef Raoni à la cérémonie du kuarup. Il n’a jamais transmis son numéro à l’ambassade. Le chef Raoni reste ferme sur sa décision et rate donc la cérémonie funéraire de l'un de ses meilleurs amis. Beaucoup de témoins diront que Jean-Pierre Dutilleux, qui connaissait le chef Pirakumã depuis 1973 mais n'a pas hésité à créer des embrouilles lors de sa cérémonie funéraire, a passé un mauvais quart d’heure sur place.

   

Ci-dessus : L'industriel Jacques Rocher (Yves Rocher), et les hommes d'affaires Robert Dardanne et Stéphane Voisin, tous trois présents à la cérémonie funéraire d'un grand chef amazonien à laquelle le chef Raoni devait se rendre en août 2016 mais à laquelle il a renoncé à cause de Jean-Pierre Dutilleux.

 

Pièces 045 (a et b) : Fiches du film avorté « Raoni, une histoire amazonienne » (Bonne Pioche / Arte) devenu « Une histoire d'Amazonie »

Télécharger les documents au format PDF :

A noter : Lucky You, filiale de la célèbre compagnie de films Bonne Pioche, met en ligne cette fiche de film en mars 2016. Le film est annoncé « en production », et une date de livraison est déjà avancée. Il s'agit d'une biographie filmée du chef Raoni prévue pour être diffusée en plusieurs formats. La fiche mentionne « un accès exclusif à ses archives personnelles », laissant sous-entendre que le chef Raoni est partie prenante du projet. Le nom de Jean-Pierre Dutilleux n'apparaît pas. La fiche sera retirée courant juin 2016.
Le chef Raoni ayant refusé de participer au tournage, le projet est remanié et renommé « Une histoire d'Amazonie » ( http://www.lucky-you.tv/fr/programme/une-histoire-damazonie/ ). Le nom et l'image du chef Raoni ont disparu de la présentation. Le nom de Jean-Pierre Dutilleux n'est plus caché, il précède même celui du réalisateur. Le film est diffusé sur Arte le 4 août 2018.

 

Pièce 046 : réaction de Gert-Peter Bruch (Planète Amazone) transmise au réseau de l'AFV dont les hommes d'affaires Jacques Rocher, Robert Dardanne et Stéphane Voisin

Télécharger la pièce au format PNG

A noter : Monica Ganéa, chargée de communication de l'AFV, transmet le 27 juillet 2016 une réaction du président de Planète Amazone au faux communiqué du chef Raoni, diffusé sur la page facebook de l'AFV. Cette réaction n'est plus en ligne, la publication de l'AFV ayant été supprimée. Le destinataire principal est Jean-Pierre Dutilleux et tous les membres de l'AFV sont mis en copie, ainsi que trois hommes d'affaires invités à participer à la cérémonie funéraire du kuarup pendant le tournage du film de Jean-Pierre Dutilleux et Alexandre Bouchet.

 

6 - Introduction

 

 

 

JEAN-PIERRE DUTILLEUX, LE BARRAGE BELGE DE L'AMAZONIE - SOMMAIRE GÉNÉRAL

1 - LES DESSOUS DU FILM "RAONI" (1979-2015)

2 - STING EXPULSE DUTILLEUX POUR ENRICHISSEMENT PERSONNEL (1990)

3 - « UN BELGE EXPLOITE LES INDIENS D’AMAZONIE ET TENTE UNE ARNAQUE DE 5 MILLIONS $ EN EUROPE » (1991)

4 - DEPOT ILLICITE DE LA MARQUE RAONI (2010)

5 - DUTILLEUX INTERDIT DE SEJOUR CHEZ LES KAYAPOS ET POURSUIVI POUR VENTE DE PHOTOS (2000-2004)

6 - FAUX, USAGE DE FAUX ET COMPLOT SUR FOND DE « BUSINESS RAONI »