Print

6 - Introduction

 

Pourquoi et comment le cinéaste Jean-Pierre Dutilleux et  le conseiller financier Henri de Bontin ont-ils fabriqué et utilisé un communiqué falsifié du chef Raoni et manipulé des indigènes vulnérables en se prévalant abusivement d'un chef d'Etat en exercice ?

 

 

Jean-Pierre Dutilleux (Association Forêt Vierge) en visite surprise chez le chef Raoni, février 2017,
où un communiqué lui interdit pourtant de se rendre. Il sera dénoncé par les kayapos aux autorités.

______________________

Le 26 juillet 2016 une lettre sans en-tête datée du 25 juillet et signée du chef autochtone amazonien Raoni Metuktire commence à être diffusé en France dans les réseaux sociaux et sur les boîtes emails de médias et personnalités ciblés. Dans cette lettre adressée à un certain Gert-Peter Bruch, président de l’ong Planète Amazone, le chef Raoni lui fait part de sa volonté de rompre toute relation avec lui et son organisation en raison d’une « utilisation incorrecte de [son] nom ». Cette annonce de rupture intervient alors que l’image du chef est utilisée pour une campagne d’appel au financement participatif de Planète Amazone intitulée « Rejoignez les Gardiens de la Terre » qui a déjà permis de récolter en un mois plus de 170 000 € au profit d'un nouveau mouvement, l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, avec le soutien d’artistes et personnalités connues. Le scandale est imminent.

Il n’éclatera pas. Le soir du même jour, à 21:22 précise heure de Paris, l’organisation du chef Raoni, l’Institut Raoni, publie sur sa page facebook un « communiqué urgent » contresigné par son administrateur. Dans ce document le chef indique avoir été abusé pour la lettre du 25 juillet, sa signature ayant été obtenue sans qu’il n’ait eu connaissance du contenu réel (il est analphabète). Il dénonce aussi l’intervention malveillante de tiers dans cette opération.

Sur sa page Facebook Planète Amazone exige des explications à l’Association pour la Forêt Vierge (AFV) et à M. Henri de Bontin, actuel vice-président de cette institution, car les deux sont les seuls à avoir publié publiquement la lettre frauduleuse sur leur page Facebook. Les réponses ne viendront pas.

Qui est à l’origine du faux document et de son usage ? Pourquoi l’AFV et M. de Bontin l’ont-il diffusé ? Dans quel but ? Avec de nombreux documents confidentiels à l’appui et à partir de nombreux témoignages, l’enquête exclusive de Amazonia Leaks permet de répondre à toutes ces questions et aussi d’en soulever bien d‘autres. En tirant le fil de la construction de ce faux document, c’est un véritable toile d'araignée qui est mise à jour. Notre enquête en identifie certains exécutants et prouve qu’il n’ont pas hésité à utiliser abusivement le nom d’un chef d’Etat en exercice pour parvenir à leur but.

Si le mobile apparent des exécutants semble être l’assouvissement d’un désir de vengeance (l'AFV et Planète Amazone bataillent par voie de communiqués depuis des années), cette seule hypothèse ne permet pas d’expliquer la présence périphérique dans cette affaire de l’Etat français et d’hommes d’affaires liés à l'industrie cosmétique, au secteur de l’énergie ou au marché carbone.

Sous prétexte d’un véritable tournage de film documentaire : un décor digne de l'âge d'or d'hollywood a été choisi pour réunir tout ce beau monde pour la séquence clé du mystérieux scénario: la plus grande cérémonie funéraire des peuples d’Amazonie, le Kuarup, qui rassemble des milliers d’indiens. En août 2016, il doit rendre hommage à un ami du chef Raoni décédé brutalement un an plus tôt : le chef Pirakumã Yawalapiti. D'après des témoins, ce chef très respecté s’est associé à Planète Amazone en 2015, quelques mois avant sa mort, pour aider au lancement d’un mouvement international visant à regrouper des peuples indigènes du monde entier pour protéger la planète. C'est pour financer l'Assemblée de ce mouvement, l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, que Planète Amazone a lancé l’appel au financement participatif toujours en cours au moment de la diffusion de la lettre usant frauduleusement la signature du chef Raoni. Les faits que nous rapportons dans cette enquête laissent à penser que ce mouvement aux positions dérangeantes pour les intérêts économiques français et étrangers en Amazonie est la cible réelle du complot.

Les éléments que nous produisons sont d’intérêt public, c’est grâce à ces pièces qu'un complot s’est esquissé et qu’il a été déjoué. Ils établissent que deux hommes sont au cœur de la manipulation, à des degrés différents : le cinéaste et écrivain Jean-Pierre Dutilleux et le gestionnaire de patrimoine Henri de Bontin. Leur proie : le chef Raoni. Leurs cibles : Planète Amazone et l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.

 

 

6 - Introduction

 

JEAN-PIERRE DUTILLEUX, LE BARRAGE BELGE DE L'AMAZONIE - SOMMAIRE GÉNÉRAL

1 - LES DESSOUS DU FILM "RAONI" (1979-2015)

2 - STING EXPULSE DUTILLEUX POUR ENRICHISSEMENT PERSONNEL (1990)

3 - « UN BELGE EXPLOITE LES INDIENS D’AMAZONIE ET TENTE UNE ARNAQUE DE 5 MILLIONS $ EN EUROPE » (1991)

4 - DEPOT ILLICITE DE LA MARQUE RAONI (2010)

5 - DUTILLEUX INTERDIT DE SEJOUR CHEZ LES KAYAPOS ET POURSUIVI POUR VENTE DE PHOTOS (2000-2004)

6 - FAUX, USAGE DE FAUX ET COMPLOT SUR FOND DE « BUSINESS RAONI »