Imprimer

1 - Introduction

AMAZONIA LEAKS vous propose en exclusivité un message filmé d'Alexis de Vilar enregistré à l'attention du chef indien Raoni, qui résume les accusations déjà émises dans le programme 'World in action'. Par cette démarche, M. de Vilar souhaite informer le célèbre chef d'événements dont il a été témoin.

 

Pièce 001 : message filmé d'Alexis de Vilar, ancien président du Tribal Life Fund, à l'attention du Cacique Raoni Metuktire

 

Pour que ceux qui le consulteront puissent prendre toute la mesure du contenu accusateur du message filmé de Alexis de Vilar et puissent également se faire un avis sur la crédibilité de Mr. de Vilar, AMAZONIA LEAKS a poussé l'investigation jusqu'à parvenir à remettre la main sur une copie de l'épisode du programme d'investigation World In Action intitulé 'Sting and the Indians'. Cette enquête, diffusée pour la première fois aux Etats-Unis sur la chaîne cablée A&E le 2 avril 1990, consistait en une sorte de bilan défavorable de la fameuse tournée internationale du chef Raoni, du chanteur Sting et de Jean-Pierre Dutilleux. Alors que Sting est censé être le sujet principal de l'enquête, c'est surtout la personne de Jean-Pierre Dutilleux qui y est attaquée sans concession, le programme l'accusant de malhonnêteté et de mensonges.  

 

Pièce 031 : extrait du magazine télévisé d'investigation 'World In Action', épisode 'Sting and the Indians' (Granada TV - avril 1990)

Dans l'extrait que vous pouvez consulter ici intervient également de façon brève le directeur général de l'ONG Survival International, Stephen Corry. Il donne un avis très défavorable, malheureusement sans que le montage ne lui laisse le temps d'argumenter, sur la personne de Jean-Pierre Dutilleux en affirmant que Sting n'a vraiment pas été accompagné du bon intermédiaire entre lui et les peuples indigènes du Brésil. Il ne s'agit pas d'une simple médisance d'un observateur extérieur, Stephen Corry connaissait Dutilleux. Selon nos informations, Survival International avait accepté de parrainer le 17 juin 1974 la "l'avant-première mondiale" du tout premier film, Indians, de Jean-Pierre Dutilleux (les fonds récoltés devant être remis aux célèbres indigénistes brésiliens Claudio et Orlando Villas-Boas). 

L'intervention d'Alexis de Vilar est cependant beaucoup plus concluante. 'World In Action' explique comment l'organisation d'un gala à Los-Angeles autour du film 'Raoni' s'est terminée par une demande d'enquête et des menaces de poursuites judiciaires de Mr. de Vilar envers Jean-Pierre Dutilleux, les deux personnes étant alors respectivement Président et vice-président d'une ONG nommée Tribal Life Fund. L'enquête de 'World In Action' dévoile que l'une des causes censées être soutenue par ce gala de charité ressemble à s'y méprendre à celle défendue par la Rainforest Foundation, au moment du tour du monde Raoni / Sting / Dutilleux. En effet, 20% des bénéfices de ce gala sont censées revenir au chef Raoni et à d'autres chefs du Brésil " pour les aider à établir des frontières légales pour leurs territoires ". Il est précisé que les fonds du gala sont administrés par Jean-Pierre Dutilleux. Alexis de Vilar affirme que ni le Tribal Life Fund ni les indiens n'ont reçu le moindre "penny". Jean-Pierre Dutilleux s'en défend en affirmant qu'il a dissout le Tribal Life Fund avec son avocat parce que de Vilar était un escroc. De Vilar riposte en déclarant que les allégations de Dutilleux sont " ridicules "qu'il suffit de vérifier auprès des instances gouvernementales belges pour constater que le récipissé de dissolution est signé du fondateur, c'est à dire lui-même. Dutilleux réponds confusément et semble se décomposer quand le journaliste de 'World In Action' s'étonne que Mr. de Vilar l'ai menacé de poursuites si c'est lui qui était sur la touche.

Alexis de Vilar ayant implicitement accusé Jean-Pierre Dutilleux à la télévision d'avoir détourné de 35 000 à 50 000 $ des recettes du gala du film 'Raoni', il est intéressant de savoir qu'aucune poursuite judiciaire n'a été engagée par Mr. Dutilleux à l'encontre de Mr. de Vilar suite à la diffusion du programme. Malgré sa décontraction et sa maîtrise à l'image, les auteurs de cette enquête de 'World In Action' ont expliqué comment Jean-Pierre Dutilleux avait fait pression, avec l'aide d'un avocat, pour tenter d'empêcher à tout prix la diffusion du programme. L'équipe de 'World In Action' a cependant confirmé que la diffusion du programme n'avait été suivie d'aucune plainte de Dutilleux. 

 

Pièce 032 : interview exclusive en 7 épisodes de Mr. Alexis de Vilar, fondateur du Tribal Life Fund et co-organisateur du Gala du film 'Raoni' pour les Oscars 1979

AMAZONIA LEAKS ayant estimé que les accusations de Mr. de Vilar envers Mr. Dutilleux étaient graves mais pas assez étayées, nous vous proposons maintenant une longue interview avec Mr. de Vilar, réalisée en français plus de 20 ans après la diffusion du programme 'World In Action'. Un éclairage unique, passionnant et indispensable. Cette interview phare est diffusée en 7 parties :

- 1 : les origines de la création de l'ONG Tribal Life Fund

- 2 : comment Jean-Pierre Dutilleux est devenu vice-président et co-fondateur du Tribal Life Fund et à utilisé l'ONG pour promouvoir son film

- 3 : les coulisses étonnantes de la préparation du Gala de charité du film 'Raoni' au Mann's Chinese Theater, en vue d'une nomination aux Oscars

- 4 : 28 mars 1979, jour J pour le Gala de présentation du film 'Raoni' à Hollywood

- 5 : bénéfices du Gala du film 'Raoni' : arnaque et chantage

- 6 : Alexis de Vilar obtient l'expulsion de Jean-Pierre Dutilleux de l'ONG Tribal Life Fund

- 7 : Alexis de Vilar demande l'ouverture d'une enquête internationale à l'encontre de Jean-Pierre Dutilleux 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JEAN-PIERRE DUTILLEUX, LE BARRAGE BELGE DE L'AMAZONIE - SOMMAIRE GÉNÉRAL :

1 - LES DESSOUS DU FILM "RAONI" (1979-2015)

2 - STING EXPULSE DUTILLEUX POUR ENRICHISSEMENT PERSONNEL (1990)

3 - « UN BELGE EXPLOITE LES INDIENS D’AMAZONIE ET TENTE UNE ARNAQUE DE 5 MILLIONS $ EN EUROPE » (1991)

4 - DEPOT ILLICITE DE LA MARQUE RAONI (2010)

5 - DUTILLEUX INTERDIT DE SEJOUR CHEZ LES KAYAPOS ET POURSUIVI POUR VENTE DE PHOTOS (2000-2004)